Ce document technique décrit les dispositifs communs mis en œuvre par Charles-Edouard Platel pour la composition des œuvres électro-acoustiques de son catalogue et leur diffusion en concert spatialisé.

Le schéma présenté ici n'a pas vocation de préconisation générale. Il a été conçu par l'auteur dans le cadre du rendu vers le public de ses propres pièces, selon ses choix esthétiques personnels et pour des installations de concert de taille moyenne.

1. Les fichiers audio finaux de composition

Le résultat final du processus de composition est une musique fixée sur fichiers informatiques audio-numériques. Ces fichiers ont une double destination :

  • production d'enregistrements stéréo sur CD ou de fichiers stéréo destinés au téléchargement en ligne et au streaming , pour une écoute stéréo hi-fi ou au casque ; ces fichiers sont aussi ceux servant au référencement (SACEM, CDMC, BNF)

  • production de fichiers audio haute définition pour la diffusion via une station de diffusion dédiée, en salle de concert, en extérieur ou dans le cadre d 'évenements artistiques (expositions, chorégraphie, poésie, etc) ; dans cette configuration la diffusion exploite plus de deux canaux de haut-parleurs indépendants.

Les premiers sont obtenus simplement par « down-mix » et mastering des seconds. Ainsi l'objet du montage final du processus de composition est de produire les fichiers audio pour le concert.

2. Paramètres de concert

Pour le concert, l'objet est d'interpréter la diffusion de l'œuvre :

  • selon les caractéristiques de la salle : géométrie, résonance, positionnement du public et des haut-parleurs qui l'entourent ;

  • selon les réactions du public et l'inspiration de l'interprète de diffusion ; il s'agit d'improviser en temps réel en intervenant pertinemment sur la spatialisation et le niveau acoustique de plusieurs objets sonores choisis sans dérègler les autres. Dans ce but Charles-Edouard Platel a défini un schéma général de mise en scène, comportant un nombre limité de degrés de liberté sur lesquels agir en temps réel.

Ce schéma commun de mise en scène consiste à disposer les objets sonores selon trois couches d'espace, ayant des fonctions dramatiques ou de paysage sonore spécialisées a priori :

  1. Scène : le paysage sonore frontal des auditeurs, comme le serait une scène de théatre ou un écran de cinéma, avec des objets sonores fixes ou mobiles bien localisables sur la scène grâce à une stéréo précise.

  2. Surround : en général des objets sonores plutôt lointains ou en arrière, ou des groupes de sons mobiles environnant le public.

  3. Solo : dédié particulièrement à un objet sonore à la fois, pour lequel on peut librement improviser des positions et trajectoires dans toutes les directions sans perturber l'équilibre du reste.

Ces trois couches sont produites en sortie du montage/mixage final de l'oeuvre XXX sous forme de trois fichiers audio 96khz 24bits, déjà spatialisés en stéréo ou quadriphonie,  via le montage lors de la composition:

xxx_solo.aif (en stéréo)schema compo final

 

xxx_scene.aif (en stéréo)

 

xxx_surround.aif (en stéréo ou quadriphonie)

Ainsi l'œuvre intègre déjà une spatialisation comme composante esthétique, réaliséee par le compositeur sans se préoccuper de la configuration matérielle de l'environnement de diffusion, qui peut ainsi varier selon les différentes circonstances de concert et permettre une interprétation différente pour chacune. C'est cette spatialisation initiale que pourra retenir l'analyste musical.

3. Schéma commun de diffusion

3.1 Processus de diffusion

La station de diffusion est matériellement réalisée par un ordinateur portable MacbookPro relié à une carte son externe multicanal en sortie, à laquelle les amplificateurs et enceintes acoustiques sont raccordés de façon classique par des câbles XLR. La carte est paramétrée pour diffuser en multiphonie (plusieurs configurations possibles selon le lieu et les haut-parleurs disponibles : de 4.0 à 7.1, selon les normes de branchement ITU etc. ou personnalisé ) .

Il n'y a pas de table de mixage électroacoustique, tout le processus est assuré par le logiciel, qui est est une instance de Logic Pro distincte de celle ayant servi au montage des œuvres :

  • chaque fichier scène, surround et solo est affecté à une piste de mixage stéreo ou quadri,

  • chaque piste est aiguillée en sortie vers un panoramique surround intégrant la configuration multiphonique des haut-parleurs choisie.

  • Logic Pro calcule en temps réel la distribution des niveaux audio vers les sorties de cette configuration.

L'interprète agit en cours de concert sur les trois panoramiques solo, scène, surround et sur les niveaux de sortie de ces trois pistes. Avant le concert ces niveaux sont préréglés lors des balances.

Chaque panoramique permet d'agir sur l'angle de la source, sa largeur stéréo et sa diversité (proximité fictive). Il permet aussi de régler la proportion de graves à envoyer vers un éventuel caisson de basses.

Logic Pro affiche en outre un multimètre : niveaux sur les canaux de haut-parleur, phasemètre multiphonique pour visualiser le barycentre sonore dans l'espace et afficher les écarts, voire oppositions de phase néfastes, dans les couples longitudinaux ou latéraux de haut-parleurs.

Pour certaines œuvres, le compositeur a ajoutér un fichier video synchronisé avec l'audio et/ou des marqueurs contenant des textes littéraires pour synchroniser un conducteur contenant la partition des récitants.

Pour certains événements, l'interprète/diffuseur peut aussi intervenir simultanément sur le mixage de deux microphones reliés aux entrées de la carte son pour des instruments ou des voix sur scène. Logic Pro permet aussi d'enregistrer au fil de l'eau sur des pistes d'automation la performance de l'interprète lors du concert au cas où cela présenterait ultérieurement un intérêt.

3.2 Copie d'écran du dispositif de diffusion spatialisée

vib multi

 

3.3 Exemple de schéma électro-acoustique de diffusion 6.1

schema diff

 

4. Schéma général de composition

Hormi les sorties audio destinées au monitoring par le compositeur, il n'y a pas de système de diffusion électroacoustique connecté à la station de travail de composition.

4.1 Montage / mixage

Le montage de l'oeuvre consiste à assembler des éléments audio créés par ailleurs, à la suite les uns des autres et/ou en superposition, en les positionnant sur des pistes.

Le mixage consiste à mélanger les pistes pour obtenir les fichiers de sortie au format de diffusion.

Ces deux opérations sont entièrement réalisées grâce au logiciel Apple Logic Pro X. Le compositeur utilise principalement deux fenêtres :

  • « Pistes », où sont déposés les éléments audio préparés auparavant, et programmées par des automations de piste.

  • « Table de mixage », comportant des tranches affectées aux pistes, puis dirigées vers des tranches de mixage intermédiaire (Bus) aboutissant finalement aux trois tranches finales solo, scène et surround.

Pour chaque œuvre XXX présente au catalogue de ce site, le document spécifique « Schéma de composition XXX» montre la fenêtre « Pistes », qui est la plus significative pour connaître la structure d'ensemble de la composition.

4.2 Eléments audio en entrée

Les éléments audio entrant dans chaque composition et déposés sur les pistes sont préparés en amont, hors de Logic Pro, puis éventuellement traités dans les tranches de mixage par des inserts d'effets audio-numériques .

Bibliothèque sonore commune

Ces éléments audio sont tirés d'une bibliothèque sonore commune montée au fil des années par le compositeur : enrregistrements de terrain découpés et classés, banques de sons diverses, sons d'instruments de musique retravaillés.

Pré-compositions

Ces éléments audio, relativement longs et complexes, sont créés spécifiquement pour l'oeuvre dans un processus de composition ou improvisation en amont, utilisant des outils comme ceux de l'IRCAM ou bien créés de toute pièce par le compositeur. « Ondolon » et « Randolon », conçus par l'auteur avec MAX/MSP/Jitter, génèrent des éléments qu'on peut souvent considérer comme des pré-compositions à part entière.

Ondolon : sculpeur de sons enregistrés - http://www.imagimuse.net/index.php/technique-audio/ondolon

Randolon, un instrument rythmique pour musiques aléatoires, fractales, quantifiées et continue - http://www.imagimuse.net/index.php/technique-audio/randolon

MIDI

Logic Pro peut comporter aussi des pistes MIDI apparaissant dans la fenêtre « Pistes ». Les éléments audio sont alors des notes élémentaires d'instruments MIDI logiciels intégrés à Logic Pro. Charles-Edouard Platel exploite aussi cette possibilité en utilisant les synthétiseurs internes de Logic Pro ou en créant des instruments virtuels avec ses propres banques de son intégrées au sampleur EXS24 de Logic Pro.

La conception d'éléments audio pré-composés et de sons d'instruments virtuels n'apparaissent pas dans les « Schémas de composition XXX ».

4.3 Schéma d'ensemble commun aux œuvres

schema compo

 

5. Liste des œuvres arrangées pour la diffusion spatialisée multiphonique

Les œuvres suivantes sont mixées pour produire les fichiers solo, scène et surround. Les autres pièces du catalogue sont mixées pour la stéréo.

Youmonté

Concert dans la Chapelle Sainte Anne de Moutiers, Bullion, 2017 – dispositif 4.1

Coincidence

Installation peinture-musique dans l'atelier du peintre Rui Prazeres – Bullion, 2009 : dispositif 4.1

Concert Janvry, 2013 – dispositif 6.1 (Métamorphosonic)

Poèmes anachroniques

Concert multimedia « La douleur des arbres » - Limours, 2012 : dispositif 6.1 avec récitant de poésie et projection de photographies synchronisée.

Concert Abbaye Royale Notre Dame de Cercanceaux – Souppe-sur-Loing, 2014 : dispositif 4.1

(Pour mémoire, lors du Festival Futura – Crest 2015 : la diffusion sur acousmonium de la compagnie MOTUS a exploité la version stéréo)

Forest Vibes

Concert de création - Janvry, 2013 – dispositif 6.1

Softmetal

Concert de création - Janvry, 2013 – dispositif 6.1

Migration

Concert de création – Chevreuse, 2015 : dispositif 6.1 en plein air.

(Pour mémoire, lors du Concert MOTUS – Paris, 2016  : la diffusion sur acousmonium de la compagnie MOTUS a exploité la version stéréo)

Vibration

Concert de création – Les Molières, 2016 : dispositif 6.1

Elegies du 4 juin

Concert/lecture de création – Janvry 2016 : dispositif 6.0 synchronisé avec deux récitants.