L'itinéraire artistique de vient d'une passion pour la création musicale électroacoustique.

Né à Calais en 1946, Charles-Edouard Platel commence un cursus scientifique à l'Université de Lille en 1963. Cette année là, il est enthousiasmé par un concert animé par Pierre Schaeffer et réunissant le Groupe de Recherche Musicale et les Structures Sonores Lasry-Baschet. Il s'oriente vers les études de physique générale, puis d'électronique. Une grande partie de sa carrière d'ingénieur concernera le traitement numérique des signaux acoustiques.

Coopérant volontaire en Côte d’Ivoire en 1970-1971, il profite de cette mission pour réaliser des enregistrements de musique africaine traditionnelle dans les villages du nord du pays, en particulier de joueurs de balafon. La passion est née et ne cessera de se développer au fil des années.

Après un stage au Groupe de Musique Expérimentale de Bourges, il construit un studio électroacoustique personnel et réalise ses premières compositions. Il utilise des synthétiseurs analogiques et FM, la capture phonographique et pratique le montage sur banc de magnétophones. Puis il s’équipe d’une configuration de réalisation audio et vidéo sur ordinateur.

A partir de 1997, dans le but de capitaliser son apprentissage autodidacte et de le partager, il publie sur son site web personnel "Musique imaginaire, écouter, analyser, créer, composer de la musique du 21e siècle". Dix ans plus tard, en 2007, le livre Musique imaginaire est actualisé et édité.

Depuis 2006, la musique est sa principale activité.

Aujourd'hui il s'engage dans des projets esthétiques musicaux personnels et en association avec d'autres artistes (peintres, sculpteurs, photographes, plasticiens, chorégraphes). Il exploite des outils audio-numériques qu'il s'approprie ou conçoit lui-même si besoin. Il est membre administrateur d'Hélium, collectif d'actions artistiques en vallée de Chevreuse, près de Paris.