L'itinéraire artistique de Charles-Edouard Platel vient d'une passion pour la création musicale électroacoustique alors qu'il exerçait à l'origine le métier d'ingénieur. Sa démarche de compositeur s'est formée méthodiquement par auto-apprentissage, par l'écoute et par retours d'expérience.

Né à Calais en 1946, il commence un cursus scientifique à l'Université de Lille en 1963. Cette année là, il est enthousiasmé par un concert animé par Pierre Schaeffer et réunissant le Groupe de Recherche Musicale et les Structures Sonores Lasry-Baschet. L'esprit et les oreilles ainsi ouverts pour la recherche, l'expérimentation et les idées neuves, il s'oriente vers les études de physique générale, puis d'électronique.

Coopérant volontaire en Côte d’Ivoire en 1970-1971, il profite de cette mission pour réaliser des enregistrements de musique africaine traditionnelle dans les villages du nord du pays, en particulier de joueurs de balafon. Revenu en France, de 1972 à 1990 il est chef de projet informatique pour plusieurs entreprises industrielles, dans les domaines des signaux acoustiques, de l’automation et des télécommunications. Puis il conseille des organisations de projet et d'entreprise pour gérer leur ingénierie du logiciel.

En parallèle, de 1983 à 1992, après un stage au Groupe de Musique Expérimentale de Bourges, il construit un studio électroacoustique personnel et réalise ses premières compositions. Il utilise des synthétiseurs analogiques et FM, la capture phonographique et pratique le montage sur banc de magnétophones.
A partir de 1992, il adjoint au studio un ordinateur MacIntosh utilisé comme séquenceur et pour le montage, ensuite s’équipe d’une configuration de réalisation audio et vidéo.

Pendant cette période, ses notes prises pendant le travail de composition, pendant l’audition d’œuvres musicales de différents horizons et lors de la lecture d’auteurs de référence sont enregistrées, organisées et synthétisées sous la forme d’un essai, « Musique Imaginaire ». Il publie la première version sur son site web personnel en 1997. Le but de l'ouvrage est double :

- partager pédagogiquement les intuitions et découvertes de cette expérience d’apprentissage autodidacte,
- capitaliser tous ces éléments pour guider sa propre démarche artistique, continûment en évolution et construction.

A partir de 2006, la musique représentera désormais sa principale activité créative.

Aujourd'hui il s'engage dans des projets esthétiques musicaux personnels et en association avec d'autres artistes (peintres, sculpteurs, photographes, plasticiens, chorégraphes). Il exploite des outils audio-numériques qu'il s'approprie ou conçoit lui-même si besoin. Il est membre administrateur d'Hélium, collectif d'actions artistiques en vallée de Chevreuse, près de Paris.